Huit distributeurs signent une charte pour distribuer les objets connectés de la French Tech

Du nouveau sur le marché des objets connectés en France. Le mercredi 21 octobre 2015, Auchan, Boulanger, Carrefour, Darty, la Fnac, Leclerc, Lick et Orange ont signé une charte qui met à l’honneur les produits connectés de la French Tech. Dans cette démarche, les membres de la grande distribution offrent leur soutien aux start-ups françaises fabricantes d’objets connectés. D’autant plus que c’est un des plans stratégiques numériques de la Nouvelle France Industrielle. Mais de quoi en retourne-t-il exactement ?

Tous unis pour la promotion de la French Tech.

Cette charte pour distribuer les objets connectés issus de la technologie française a pour but de soutenir et de valoriser en magasins les produits des start-ups françaises qui fabriquent des objets connectés. De ce fait, les huit distributeurs cités ci-dessus se sont engagés à accompagner, dans la durée, l’innovation technologique française dans le domaine des objets connectés.

Ainsi, plusieurs fois par année, ces distributeurs mettront en avant, dans cinq des huit enseignes signataires, cinq produits issus de la technologie française. Désormais, sur le site ou les points de vente de ces distributeurs, vous verrez des objets connectés de la French Tech mis en avant à travers des animations spécifiques.

Outre le soutien et la valorisation, la charte pour distribuer les objets connectés de la French Tech implique également de conseiller ces start-ups françaises dans leur stratégie de commercialisation. Il s’agit aussi de former les vendeurs de ces derniers aux spécificités du secteur.

Qu’entend-on par French Tech et comment les start-ups seront-elles sélectionnées ?

Afin de bénéficier de cette charte, une start-up doit faire partie de la French Tech qui est un label géré par le gouvernement français. De ce fait et comme son nom l’indique, les objets connectés doivent donc être fabriqués et conçus en France. Pour rejoindre la French Tech, vous devez vous rendre sur leur site internet et cliquer sur l’onglet « Rejoignez la french tech ». Ce site représente le collectif des start-ups françaises et est un véritable mouvement qui rallie tous ceux qui sont dans le domaine des objets connectés. D’ailleurs, un autre but de la signature de la charte est aussi d’enrôler de nouveaux acteurs, comme les enseignes de bricolage, dans la French Tech.

Concernant la sélection des start-ups pour l’application de la charte, le comité de gouvernance de cette opération, uniquement composé par les huit distributeurs, se réunira quatre fois par an pour en discuter. D’ailleurs, la même start-up peut être sélectionnée chaque année si elle est convaincante. Comme la charte ne parle que de cinq start-ups par an, il n’y aura sûrement pas de place pour tout le monde. À chacun alors de se distinguer des autres.

 

Mal appréhendé par les Français, le domaine des objets connectés s’est toujours fait discret. Aussi, la charte a voulu y remédier en faisant en sorte de bien expliquer aux Français que ce ne sont pas des gadgets, mais de vrais petits bijoux qui peuvent améliorer le quotidien de chacun. Ainsi, ils apprécieront davantage la technologie française. Et de fil en aiguille, cela va encourager les acteurs de la French Tech dans leurs recherches dans ce domaine.

Ajouter un commentaire

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte